février 2009, les "zones jaunes" gravées dans le marbre

 

Une étape décisive

rubriques/2010/09/18/AIRAPGuide__mthodo_1re_page.jpg
 

Les faits :

Au cours d'un entretien récent, courant décembre, entre le Maire de Chamonix, son Adjoint à la Sécurité et le Préfet de la Haute-Savoie, ce dernier a précisé que les « zones jaunes » étaient maintenues dans le PPR Avalanches de Chamonix.

Le Maire en a tiré immédiatement une double conclusion :

-il allait informer les populations concernées du positionnement de leur bien dans les secteurs de « zones rouge, bleue et jaune »

-il allait le faire immédiatement alors même que le PPR de Chamonix n'est toujours pas approuvé par le Préfet

A la date du 16 février, l'ensemble des propriétaires en zones rouge et bleue avaient reçu le courrier les informant de cette situation. Presque la moitié de ceux situés en « zone jaune », 800 sur les 1800 concernés, avaient, eux aussi, reçu ce courrier (voir copie en annexe du modèle envoyé). L'ensemble des destinataires sera informé pour le 15 mars 2009.

Commentaires de l'AIRAP

1°-Les « zones jaunes sont donc, dorénavant, gravées dans le marbre.

L'AIRAP se ré jouit de voir que ce quelle demande avec fermeté depuis près de 3 ans a finalement été écouté.

Elle pense que tous les services de l'Etat à l'origine de ce concept des « zones jaunes » et qui, d'une manière très générale, l'ont soutenu dans cette demande, sont eux-mêmes heureux de cette conclusion.

- Des « zones jaunes » en carte réglementaire

En prenant la décision d'informer tous les occupants concernés, le Maire de Chamonix acte le fait qu'il estime nécessaire que ces « zones jaunes » doivent faire l'objet d'une inscription en carte réglementaire de manière à ce que les occupants soient systématiquement informéset non en carte d'aléas dont seront éventuellement informés les intéressés.

C'est ce prévoit le Guide Méthodologique des PPR Avalanches depuis 2004 et ce que demande l'AIRAP avec constance depuis sa création en 2005.

C'est en effet là, pour un Maire, le seul moyen pour d'avoir la certitude qu'il aura fait tout ce qui est nécessaire pour que l'information préalable des propriétaires en ce qui concerne une éventuelle évacuation soit donnée. Le moment venu, ce seront donc des gens informés d'une possible situation de ce type qui pourront ainsi coopérer naturellement à leur propre évacuation.

A l'Etat maintenant de faire en sorte de mettre en place dans les meilleurs délais les mécanismes nécessaires pour que les PPR Avalanches dont il avait pu suspendre la réalisation du fait de cette problématique des « zones jaunes » en suspens puissent être mis en place partout où cela s'avère nécessaire.

Il a, à travers ses Ministres en charge, trop conscience de la responsabilité qui serait la sienne en cas de nouveau drame de Montroc ou Val d'Isère pour ne pas avancer maintenant rapidement sur ce sujet.

Il existe déjà une vingtaine de communes de montagne qui en bénéficient. D'autres sont en attente et l'on sait que les avalanches, elles, n'attendent pas.

(voir sur le site de l'AIRAP dans la rubrique « articles récents », « Saint-Etienne de Tinée, un cas d'école »

L'AIRAP a écrit au Maire de Chamonix pour lui exprimer sa satisfaction. Vous trouverez copie de ce courrier en annexe, ci-dessous.

Publié par AIRAP , le 24 février 2009

Les articles de la rubrique