Hiver 212-2013, ce qui a été obtenu...après tant d'efforts

 Les actions développées par l'AIRAP sur le sujet particulier de la prise en compte des nouveaux éléments de danger connu par la mairie de Chamonix pour l'hiver 2012-2013 n'auront pas été vains.

Voir l'article joint qui explicite les choses

 

Début novembre, nous vous informions des positions volontairement très fermes prises par l'AIRAP vis à vis du maire de Chamonix face à sa position de refus d'informer des nouvelles données sur les risques à sa disposition les propriétaires concernés.

Nous lui rappelions qu'en 1999, les seules personnes qui n'ont pas été averties du danger mortel étaient les résidents secondaires. Tous, sans exception, résidents permanents avaient été avertis par leurs proches. Il ne fallait donc compter d'évidence que sur la mairie pour jouer son rôle de protection des populations, ce qui est justement sa fonction. En 1999, le maire précédent ne l'avait pas assumée et c'est pour cela qu'il a été condamné. Et voilà que tout se remettait en place. Notre colère a été profonde et nos actions violentes. Nous ne les regrettons nullement. Elles se sont tournées vers le maire en priorité, puis sur les conseillers municipaux et le préfet de la Haute-Savoie et la presse. NOUS AVONS, EN FIN DE COMPTE, ETE ENTENDUS par le Conseil municipal, le Préfet et la presse. Les résultats: 1° Le préfet a donné les consignes nécessaires à la Commission des 4 experts, qui nous ont auditionnés le 14 novembre dernier, pour accomplir la première partie de sa mission en urgence. Cette commission s'est donc mis au travail dès septembre...avant même d'être officiellement nommée fin octobre et a consacré 5 semaines d'affilée en travaillant, week-ends compris, de 8 heures du matin à 11 heures du soir, sur place à Chamonix à arpenter les couloirs et à tirer des conclusions (parmi les 4 experts, il y avait deux suisses et un italien...) Le rendu a été fait au maire de Chamonix par le préfet le 19 novembre. 2° un conseiller municipal a interpellé le maire en Conseil pour lui demander ce qu'il avait l'intention de faire sur ce sujet. Celui-ci a indiqué qu'il ferait ce qu'il devait..... 3° la presse (le Dauphiné libéré), intéressée par ce sujet, s'est fait l'écho à 5 reprises depuis 6 semaines de la situation permettant à ce débat de rentrer dans le domaine public, ce qui est très sain pour être efficace
4° la télévision (FR3 et TV5 Mont-Blanc a consacré deux émissions au sujet au cours desquels les choses ont été dites et l'AIRAP interviewée http://alpes.france3.fr/2012/12/11/chamonix-haute-savoie-4-experts-pour-observer-les-couloirs-d-avalanche-162833.html http://lejt.tv8montblanc.com/Le-point-sur-les-couloirs-d-avalanche-a-Chamonix_v5646.html Les conclusions 1° La Commission des 4 experts a rendu au préfet ses conclusions avec deux mois d'avance sur le planning initial de janvier 2° Le préfet a remis au maire le contenu de ces travaux, ce qui n'était pas prévu au départ de la mission, pour prise en compte immédiate, avant les vraies périodes de neige, des informations nouvelles susceptibles d'affecter le plan communal de sauvegarde et les informatioins à communiquer aux propriétaires. 3° le maire peut donc déclarer,sans avoir le rouge au front (FR3 Rhone-Alpes du 11 décembre 2012): «ce que je prétends, c’est mettre en œuvre tous les moyens pour que tout soit fait pour assurer la meilleure protection possible à nos habitants et nos touristes ».
Sur le fond La Commission des 4 experts a estimé que la deuxième partie de sa mission allait consister à approfondir 27 couloirs d'avalaches sur les 117 que comporte la commune de Chamonix. Cela représente 23% du total dont il est reconnu qu'ils ont été insuffisamment traités dans le PPR (plan de prévention des risques) actuel...... Voila ce pour quoi nous nous battons depuis septembre 2007 à Chamonix, entre autres.
Tout le détail des courriers et articles divers est sur internet dans une rubrique qui avait volontairement vocation à fâcher: http://www.airap.asso.fr/actions-en-cours/hiver-2012-2013-comment-les-drames-se-preparent-a-chamonix-avalanches/ Pourquoi faut-il toujours en France trop souvent être amené à menacer pour faire avancer les choses? Que d'énergies dépensées pour que ce qui doit être fait le soit. Que d'irresponsabilité affichée,de mauvaise foi déployée, et de légèreté généralisée. Attristant

Publié par AIRAP , le 16 décembre 2012

Les articles de la rubrique