Janvier 2009, le couloir d'avalanche des Pélerins, spectaculaire....

Une double cartographie a été faite pour ce secteur bien connu de Chamonix

- l'une est celle du RTM 74, confirmée par le Préfet à ce jour qui refuse de prendre en compte les observations données à la DDE 74 et à lui-même depuis novembre 2007 par M. Richard Lambert, expert en neige-avalanche, agréé par la Cour de Cassation et l'AIRAP, 

- l'autre est celle faite par M. Lambert et présentée à l'occasion d'une communication internationale à l'occasion d'un colloque en Autriche, en mai 2008

Spectaculaire....

rubriques/2011/01/18/AIRAPPPR_approuv_Plerins_V_4.tiff
 

-Vous trouverez, ci-dessous, deux versions de la définition du périmètre de la "zone jaune" du secteur d'avalanche des Pélerins à Chamonix ( l'une incorpore une auberge de jeunesse, une école, deux ensembles d' HLM, la route d'accès au tunnel du Mont-Blanc), précédées d'une note explicative très claire montrant que la version réalisée par M. Richard Lambert, expert neige-avalanche, agréé par la Cour de Cassation, prend en compte les informations données dans des documents dont l'administration à la pleine connaissance.

Pourquoi le responsable du secteur de Chamonix du CEMAGREF-ETNA estime-il ne pas devoir les prendre en compte alors même qu'il a rencontré, tout récemment encore, un témoin totalement fiable, habitant aux Pélerins, qui lui a apporté les écrits et témoignages complets déjà remis par ailleurs, notamment au Préfet de la Haute-Savoie.

Ce témoin, de plus, sait que la modification du périmètre de cette zone jaune a pour conséquence directe de mettre son chalet en "zone jaune" ce que la carte de l'Etat, réalisée par le RTM 74, n'a pas prévu à ce jour.

Il existe donc des gens intègres pour lesquels la vérité et la vie des personnes ont une importance. Qu'ils en soient félicités et remerciés.

Ce sont aussi des personnes intègres, les propriétaires eux-mêmes, qui avaient permis de réintégrer, il y a deux ans déjà, un chalet, le leur, dans un secteur avalancheux indiqué dans la CLPA (Carte de localisation des phénomènes d'avalanches), réalisée par le CEMAGREF).

Ce chalet se situait au Tour, commune de Chamonix. Il y avait eu 5 morts causés par l' avalanche qui l'avait traversé en 1978.

Le même responsable du secteur de Chamonix au CEMAGREF ne l'avait pas pris en compte, admettait-il. L'erreur est humaine avions nous conclu à l'AIRAP. Son directeur avait rapidement fait rectifier cette omission inquiétante.

Le fait qu'il y ait aujourd'hui des projets avancés d'extension d'un complexe HLM et de construction des ateliers techniques de Chamonix, de la DDE, et de l'autoroute ATMB ainsi que la réalisation d'une zone artisanale en plein secteur de la Zone jaune (version Richard Lambert) n'a bien évidemment aucun rapport avec la position restrictive de ce responsable du secteur de Chamonix du CEMAGREF. Pour l'AIRAP, puisqu'une zone jaune autorise les constructions, l'important sera que ces populations aient conscience qu'elles habiteront ou travailleront en zone jaune, susceptible un jour d'évacuation.

COMMUNIQUE

La zone jaune de l'avalanche des Pélerins

( avalanche des Glaciers ou du tunnel du Mont-Blanc)

Afin de montrer que le concept des Zones jaunes peut avoir une utilité dans la gestion

concrète de la sécurité des personnes en montrant spatialement le vrai risque, nous publions ici un

extrait d'une communication scientifique internationale faite par Richard Lambert, expert en avalanche,

en mai 2008.

Celui-ci s'est appuyé sur des informations historiques (citées pour la plupart par

l'Administration) dont l'évènement majeur de l'hiver 1818, informations qui ont été affinées et

croisées avec une analyse d'expert faite en 1991, concernant en particulier les véritables bassins

d'alimentation et les trajectoires de cette grande avalanche.

1- La zone jaune représentée ici montre une avalanche d'une probabilité de retour très faible (rare)

certes, mais dont le risque de survenance subsiste malgré tout dans des contextes

nivo-météorologiques paroxysmaux.

2- Telle que redéfinie, cette zone jaune inclut une école, une auberge de jeunesse, des HLM, un

certain nombre de chalets, une route internationale.

3- On notera la grande différence, préoccupante, en terme de distance d'arrêt, entre la limite de

la zone jaune définie sur le projet PPRA soumis à l'enquête publique en été 2007 et

celle révélée ici.

NB : Publication faite avec l'accord de l'auteur et l'autorisation de l'IGN pour le fond de carte utilisé.

Publié par AIRAP , le 25 janvier 2009

Les articles de la rubrique