Barèges, 9 février 2013

 Barèges , le 9 février 2013.

 Ce jour là, le préfet des Hautes-Pyrénées a pris la décision, avec le maire de la commune, d'évacuer tous les touristes de la commune. 600 peronnes...                                                                                                      Cette décision, il l'a prise parce que dans son départemnt, à ce jour, le zonage de l'aléa exceptionnel n'est pas réalisé dans les PPR avalanches.                                                                                                                        Il l'a prise parce qu'il ne connaissait pas précisément les secteurs urbanisés dangereux susceptibles d'être dévastés par ces avalanches rares et dévastatrices                                                                                                Sa décision de ne pas rechercher à cartographier ces secteurs dangereux, il doit l'assumer et en porter la responsabilité.                                                                                                                                                                     Un certain nombre d'autres préfets, plus conscients de leurs responsabilités dans le domaine de la Sécurité civile dans le cadre de la prévention, ont décidé, certains depuis plusieurs années déjà, de mettre en place les zones jaunes, celles qui ont été instituées par la DGPR depuis 2004 avec un collège de "sachants" (dont les responsables de Chamonix et de Val d'Isère, communes emblématiques, éprouvées dans le passé par des drames de la neige en zones urbaines)) pour indiquer justement l'emprise de ces avalanches pluri centennales.

Les Alpes-Maritimes, les Hautes-Alpes, la Haute-Savoie ont décidé de suivre cette voie du bon sens, du sérieux et de la prudence.

Ce n'est pas parce que l'ANEM (association nationale des élus de montagne) est très présente dans son département qu'il faut suivre sa position qui est de dire, à l'opposé de ce qui est fait dans tous les pays d'Europe que la prise en compte des seules avalanches d'occurence centennale est suffisante.

L'exemple de Barèges a prouvé le contraire, cet hiver. Que le message soit entendu par le maire de Barèges et son préfet est notre voeu cher.

 

Voir, ci-dessous, une note de l'AIRAP sur Barèges

Les derniers articles

 

Barèges, une démonstration éclatante

Un maire qui évacue toute sa commune. Pourquoi?

En savoir plus >

Les autres rubriques