La résistance aux zones jaunes

 Seuls les "politiques" s'opposent à la mise en oeuvre de ce concept nouveau de prévention des risques dans le domaine des avalanches urbaines.

Les deux présidents successifs de l'ANEM, Association nationale des élus de montagne, MM. Saddier, député de la Haute-Savoie (circonscription de Chamonix en particulier), et maire de Bonneville, et Nayrou, député de l'Ariège, se sont opposés à l'approbation définitive du Guide Méthodologique Avalanche, rédigé par une quarantaine de spécialistes de 4 Ministères à la suite du retour d'expérience de l'avalanche de Montroc-Chamonix de 1999. Celui-ci recommandait la mise en oeuvre des "zones jaunes" (zones d'Aléa maximal Vraisemblable) comme moyen d'échapper aux conséquences dévastatrices des avalanches rares mais très puissantes répertoriées dans le passé en zones urbaines.

Sont présentés, ci-dessous, par le biais de courriers de l'AIRAP à l'ANEM, les argumentaires développés par les deux présidents successifs de cette association au cours de divers rendez-vous tenues entre  eux et l'AIRAP

Les derniers articles

rubriques/2010/09/18/AIRAPPhoto_ANEM_rapport_Landot_page_1.jpg
 

La position inacceptable de quelques responsables de l'ANEM- mars 2010

Quelques responsables de l'ANEM s'opposent depuis plus de 6 ans à l'officialisation des "zones jaunes" telles que le Guide Méthodologique Avalanches, rédigé conjointement par 4 Ministères en 2003, les a prévues. Les arguments employés sont insoutenables et inacceptables.

Depuis 18 mois, du fait de cette opposition, tous les PPR Avalanches prescrits sont bloqués au MEEDDM. Le drame de la côte atlantique de février 2010, celui de Draguignan en juillet 2010 témoignent une fois de plus qu'on ne peut pas faire abstraction de la vie des personnes. L'affaire du "sang contaminé", avec toutes ses conséquences, est là aussi pour le rappeler à ceux qui s'acharnent contre la mise en place de mesures de protection avérées et simples à mettre en oeuvre.

En savoir plus >

Les autres rubriques