Présentation:                                          Décembre 2021

L’AIRAP, Association pour l’Information sur les Risques d’Avalanches urbaines et leur Prévention, a été créée en 2005 par les parents de 3 jeunes, morts dans l’avalanche « oubliée » de Montroc le 9 février 1999 (commune de Chamonix- 12 morts dans 4 des 15 chalets détruits, les 11 autres étant inoccupés deux jours avant les vacances scolaires).  Elle compte aujourd’hui 250 membres.

Son objet est de prendre toutes initiatives de manière à ce que :

  • Les cartographies d’avalanches des zones habitées soient mieux faites et qu’y figurent, notamment, les zones d’AMV (zones d’Alea Maximum Vraisemblable ou d’aléa de référence exceptionnel ou  « zones jaunes »), précisant les secteurs d’avalanches rares et dévastatrices, (1429 couloirs répertoriés à ce jour, sur 292 communes, et non cartographiés pour la plupart)

  • Les responsables locaux et résidents concernés, propriétaires ou locataires, soient informés de la dangerosité réelle des différents secteurs urbanisés où ils résident

  • Les actions concrètes visant à protéger les personnes, entreprises en cas d’épisode neigeux important, soient adaptées aux dangers encourus (Plans Communaux de Sauvegarde, alertes, évacuations, etc.)

Le procès du Maire de Chamonix en 2003 a, en effet, révélé les lourdes défaillances, tant des services de l’Etat que de la Mairie, dans chacun de ces trois domaines.

L’AIRAP est animée du souci très vigilant que d’autres ne soient pas les victimes, un jour, des dysfonctionnements observés.

A ce jour, l’AIRAP a obtenu :

  • L’approbation du Guide méthodologique avalanches avec comme corollaire la décision de créer ou de réviser plus d’une centaine de PPR A incorporant la prise en compte de l’aléa de référence exceptionnel (« instruction gouvernementale » du 28 septembre 2015)

  • L’approbation le 28 mai 2015 du nouveau PPR A de Chamonix, après

8 années d’efforts depuis sa première présentation lourdement contestée en 2007


  • La publication le 6 février 2019 d’une « instruction gouvernementale » officialisant les PAC (porter à connaissance) pour une couverture plus rapide des risques en zones sensibles d’avalanches

L’AIRAP a, par ailleurs, participé d’une manière très active, avec la mairie de Chamonix, à la conception et à la mise en place d’un automate d’alerte performant susceptible d’être reproduit dans les principales communes de montagne exposées au risque d’avalanche.

Le site de l’AIRAP explicite les actions qu’elle a été contrainte de mener pour que le bon sens prévale et que l’intérêt vital des personnes menacées soit réellement pris en compte.

Nos dernières actus sur les réseaux :