La résistance aux zones jaunes

Seuls les “politiques” s’opposent à la mise en oeuvre de ce concept nouveau de prévention des risques dans le domaine des avalanches urbaines.

Les deux présidents successifs de l’ANEM, Association nationale des élus de montagne, MM. Saddier, député de la Haute-Savoie (circonscription de Chamonix en particulier), et maire de Bonneville, et Nayrou, député de l’Ariège, se sont opposés à l’approbation définitive du Guide Méthodologique Avalanche, rédigé par une quarantaine de spécialistes de 4 Ministères à la suite du retour d’expérience de l’avalanche de Montroc-Chamonix de 1999. Celui-ci recommandait la mise en oeuvre des “zones jaunes” (zones d’Aléa maximal Vraisemblable) comme moyen d’échapper aux conséquences dévastatrices des avalanches rares mais très puissantes répertoriées dans le passé en zones urbaines.

Sont présentés, ci-dessous, par le biais de courriers de l’AIRAP à l’ANEM, les argumentaires développés par les deux présidents successifs de cette association au cours de divers rendez-vous tenues entre  eux et l’AIRAP