Un exemple instructif, Chamonix

La commune de Chamonix a mis plus de deux ans pour admettre certaines évidences en matière de sécurité des personnes. L’ensemble de l’historique des ces avancées a été conservé sur le site comme mémoire de ce qui a été nécessaire de faire pour l’AIRAP pour que les choses bougent.

D’autres pas essentiels restent à faire pour que le PPR prescrit en 2001, passé en  enquête publique en août 2007, enfin signé par le Préfet le 26 mars 2010, puisse être considéré par la DGPR (Direction générale de la prévention et des risques du MEEDDM), la Mairie et l’AIRAP, comme un document réellement fiable. Il est impératif pour cela que soit activée la mise en oeuvre de la Commission de trois experts décidée par la DGPR (MEEDDM) en décembre 2009.pour examiner la quarantaine de couloirs à revoir ou rectifier, signalés, dès août 2007, par l’expert en avalanches, Richard Lambert, missionné par l’AIRAP.

Cette nomination avait été annoncée par le Préfet au maire de Chamonix et à l’AIRAP par la DGPR. Elle devait être activée pour le 30 avril 2010. Elle a depuis été suspendue par cette même DGPR à la demande du Cabinet du Ministre BORLOO. Décision lourde de conséquences possibles en cas d’avalanches à l’origine de victimes dans ces couloirs désignés en premier lieu pour les victimes elles-mêmes, mais aussi pour l’ensemble des acteurs responsables de l’affichage du risque et de sa prévention.