L’AIRAP a toujours eu avec les préfets successifs de la Haute-Savoie (3 de 2007 à septembre 2012) des rapports directs, courtois et efficaces.

Elle n’a pas cherché à rencontrer le nouveau préfet, Monsieur Leclerc, dès son arrivée et le regrette vivement.


Pensant inutile de déranger, en le rencontrant, le nouveau préfet sur un sujet bien engagé, sur des rails, l’AIRAP s’est trouvé confronté à une situation fort désagréable de blocage de la part de personnes ne connaissant quasiment pas le dossier. Les courriers divers et variés joints vous donneront une idée de la manière dont celles-ci, appartenant aux services de l’Etat (au service de…), donc des citoyens, assument leurs fonctions.

Faute de vouloir répondre en quelqus lignes sur le bien fondé ou non des questions posées par l’AIRAP, un sujet, pourtant largement en voie de traitement, la révision du PPR, prend à nouveau une coloration conflictuelle, ce qui n’est en aucun cas l’objectif de l’AIRAP, comme elle a pu le montrer depuis 8 ans qu’elle fait avancer ce sujet du PPR de Chamonix dans la bonne direction, celle de la protection de la vie des personnes: un PPR en cours de révision, un automate d’alerte efficace installé, des populations informées. L’AIRAP regrette profondément cette situation mais n’a pas l’habitude d’admettre l’inadmissible.

27 couloirs font l’objet d’une analyse approfondie mais 24 autres pourtant signalés comme à regarder, sont exclus du champ de regard du collège des 4 experts. Par qui vont-ils être regardés? Un nouveau collège d’experts, ou bien le RTM, responsable du PPR justement contesté par l’AIRAP va-t-il à nouveau se saisir d’un dossier traité avec tant d’incompétence ou d’insuffisances entre 2001 et 2007?

La DDT (direction départementale des territoires) de la Haute-Savoie n’a pas pour objet d’effectuer ce travail. Ce n’est pas non plus sa compétence.

Alors? Va-t-on attendre une nouvelle avalanche meurtrière pour que soit réellement achevé le PPR de Chamonix? Les courriers échangés entre l’AIRAP et le préfet de la Haute-Savoie peuvent le laisser penser, malheureusement.

Une solution intelligente existe pourtant: le rapport final du collège des 4 experts a pris du retard. Peut-être leur a -t-il été demandé de préciser ces 24 couloirs…? L’AIRAP n’ose croire à cette solution de bon sens.

Si elle n’a pas été retenus à cejour, peut-être n’est-il pas trop tard pour l’engager?!

Ci-joint, les 4 courriers de l’AIRAP à la directrice du cabinet du préfet 74 et au préfet

Documents à télécharger :

courrier à la directrice du cabinet du préfet 74

courrier au préfet 74 sur le pré rapport_

courrier au préfet 74…de relance

courrier au préfet 74…d’étonnement

Recherche :

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

Les articles de la rubrique :

 

 

 

Soutenez l'AIRAP sur:
Traduire »