Val d’Isère, Tignes, Les Deux Alpes,

Pralognan, Serre Chevalier, Les Arcs,

La Plagne, Les Menuires, Méribel

Val Thorens, Les Gets, Saint-Gervais les Bains

Bagnères de Bigorre, Valloire, Valberg,

Montgenèvre, Villard de Lans, Morzine,

Avoriaz, Praloup, etc…

Les SSA,H (sites sensibles en secteur habité) ont été identifiés par l’Etat (via l’IRSTEA) www.avalanches.fr. Elles sont au nombre de 1431 et sont situées sur le territoire de 292 communes. En février 2015, 18 de ces communes bénéficient, grâce au sens des responsabilités du préfet de leur département, de la connaissance précise (sous réserve de cartes bien faites) des secteurs susceptibles d’être touchés par une avalanche exceptionnelle.


Dans les 273 autres, on peut y mourir un jour de grande neige dans son logement, sans même savoir que le secteur est dangereux. Le maire ne vous aura pas averti qu’il est nécessaire d’évacuer avant qu’il ne soit trop tard. Et pourtant il sait que certains secteurs sont dangereux, et que le zonage de ces secteurs n’a pas été réalisé. Il s’abrite mentalement derrière le fait que c’est à l’Etat d’afficher le risque, donc de faire les cartes d’avalanches. Il oublie qu’il est, de son côté, responsable de la sécurité dans sa commune et qu’il a un devoir de chercher à savoir où est le risque dont il connait l’existence. Les informations sont, depuis quelques années, à sa disposition. Elles lui ont été transmises, à nouveau, par l’AIRAP en février 2015 par courrier récommandé avec accusé de réception. Cet envoi était accompagné, en particulier, de la dernière version 2012 du Guide méthodologique avalanches. L’ANEM, l’ANMSM, selon son appartenance, aurait du faire de même. Pour elles, c’est un devoir. Ne l’ayant pas fait, elles se sont mises en grand risque.

La liste de ces communes dangereuses officielle (IRSTEA, www.avalanches .fr est jointe. Elle incorpore les 18 stations “informées” et donc sécurisées sous cet aspect de la connaissance du risque d’avalanche exceptionnelle ci-dessous.

Le liste des 18 communes “informées” du risque exceptionnel et qui ont donc réglé la question de l’information est aussi jointe,. Ce travail a été fait grâce à leurs préfets, Intelligents et responsables, assistés de leurs DDT (Direction départementale des territoires).


Ils on en effet décidé de passer outre au fait que le Guide méthodologique avalanches (bien que rédigé depuis 2004) ne soit toujours pas approuvé par la ministre ce l’Ecologie. Ils ont décidé de le mettre en oeuvre. C’est ce que l’on appelle avoir le sens de la responsabilité attachée à sa fonction. Qu’ils en soient félicités sincèrement.

Des “justes”, à leur manière.

Nous ne pouvons que souhaiter que leurs collègues des autres départements de montagne méditent ces exemples rapidement et en tirent des conclusions identiques.

Documents à télécharger :

Liste des 18 communes “sécurisées “

Liste alphabétique des communes dangereuses

Recherche :

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

Les articles de la rubrique :

 

 

Soutenez l'AIRAP sur:
Traduire »